LA RÉINITIALISATION DE LA LUMIÈRE.

Les fouilles effectuées par l’archéologue Paul Loubet et ses assistants Alec Garcia Sauri, Eddy Chartier et Olivier Von Fatalis, du mois d’avril au mois de juin 5447 de notre ère, dans les gorges de l’Indus sur le site du pont Tchinvad vieux de plus de 3000 ans, révèlérent la structure suivante: un couloir long d’environ 21 mètres et large d’environ 4 mètres orienté selon l’axe solaire d’Ouest en Est, soit de l’ombre vers la lumière.

Il était peut-être limité à l’Ouest par une porte, aujourd’hui disparue si tout est qu’elle ait existé, mais fermé à l’est par une porte et dont le coté extérieur au couloir, tourné vers l’est et donc vers le soleil levant était inscrit de signes non encore totalement déchiffrés.

Les murs du couloir présentaient des textes semblables évoquant une écriture hiéroglyphique, mais peut-on encore employer ce terme puisque les «savants avaient depuis longtemps déjà démontré que les dieux n’existaient pas».

Les textes paraissaient commenter des illustrations. La comparaison entre l’écrit et le dessin faisaient évoquer une grande épopée ou plutôt un conflit où les protagonistes n’étaient pas des humains, mais des créations artificielles de l’esprit de ces derniers, des drones.

C’est peut être par l’intermédiaire de ces machines, issues de leur présumé «intelligence» que les hommes d’alors s’affrontèrent, à moins que ces soit disant «merveilles de l’humanité» ne se soitent autonomisées depuis un temps immémorial et ne fassent que s’affronter devant une humanité impuissante qui ne pouvait qu’observer passivement le combat. C’est vraisemblablement l’histoire de cette guerre dont il est question ici. La durée du conflit n’a pu encore être déterminée, mais certains indices conduisent à penser qu’elle fut très longue, comme le combat spectaculaire dans l’eschatologie iranienne, entre Ozmuzd et Ahriman qui dura douze mille ans et au terme duquel le bien ayant vaincu le mal, l’univers surgira rénové dans la lumière nouvelle, histoire de la lutte permanente du chaos contre le cosmos, de l’entropie contre l’enthalpie utilisant des drones, créations de l’homme à qui finalement échappe son destin.

Jacques Guiter





DRONOLOGIE

Fassicule édité pour l’intervention “Drone codex” en 2018 dans les sous sols du Palais de Tokyo. 

48pages
14 x 20 cm